Répertoire d’adresses

Tu es jeune, confronté à des difficultés émotionnelles, relationnelles ou familiales ? Bref, tu ne te sens pas bien et tu ne sais pas quoi faire pour aller mieux ?

Vous êtes un parent ou un professionnel, désarçonné par le comportement d’un enfant ou d’un jeune ?

Vous trouverez sur ce lien yapaka.be toutes les ressources qui peuvent vous aider dans votre situation. Laissez le curseur quelques secondes sur une des catégories et un court descriptif apparaîtra.

Cartographie de Yapaka Cartographie de Yapaka Lien vers la liste complète des catégories de contacts

Vous pouvez également retrouver directement toutes les ressources disponibles près de chez vous. Cliquez ici et entrez votre code postal dans la barre de recherche. L’ensemble des institutions qui peuvent vous intéresser apparaissent dans un rayon précis de kilomètres autour de votre commune.

En tant que jeune, découvre aussi qui sont ces professionnels proches de toi (AMO, plannings, etc.) qui peuvent répondre à tes questions, te conseiller ou t’aider dans la rubrique « aides possibles dans le réseau » ci-dessous. 

Que faire en cas de crise ?

Aides possibles dans le réseau

Les différentes ressources qui existent en Brabant wallon en cas de difficultés ou de souffrance d’un enfant ou d’un jeune. 

En savoir plus

Prise en charge de la crise dans le réseau d'aide existant

Schéma de la prise en charge de la crise Schéma de la prise en charge de la crise Téléchargez notre pdf

Il est parfois difficile de dire qu’on va mal ou de savoir vers qui se tourner. Mais sache, qu’en tant que jeune, tu peux trouver de l’aide, des conseils ou du soutien auprès :

Les centres PMS (psycho-médico-sociaux) et les équipes PSE (promotion de la santé à l'école) peuvent te soutenir, t’offrir une aide psychologique, médicale et sociale.
Ton médecin traitant est un professionnel proche de toi qui te connait bien et peut t’aiguiller vers l’aide dont tu as besoin.    
L'AMO est là pour t’aider à t’épanouir dans ton milieu de vie (dans ta famille, ton quartier, à l’école…) en t’apportant une aide personnelle, en soutenant tes projets, en t’aidant à résoudre tes difficultés d’ordre familial et scolaire mais aussi administratif, juridique...
Il existe des centres de planning familial dans la plupart des grandes villes. Ils réunissent des professionnels de la santé tels que psychologues, médecins, gynécologues…
Chacun peut trouver un soutien, une aide quel que soit son âge, sur de nombreux sujets : la contraception, la grossesse, l’avortement, les maladies sexuellement transmissibles (IST), les difficultés conjugales, l’adolescence, les relations avec tes parents…
Les entrevues se font en toute confidentialité
Les services de santé mentale te permettent de rencontrer des psychologues ou des travailleurs sociaux, parfois aussi des logopèdes, médiateurs… chargés de t’écouter, de réfléchir avec toi sur tes difficultés et de chercher ensemble des solutions.
Que tu sois confronté au suicide ou aux idées suicidaires d'un proche... Que tu y penses toi-même, de temps en temps ou de plus en plus fréquemment...  il est important de pouvoir en parler, de ne pas rester seul...
Parler de soi, de ses difficultés, est souvent difficile, surtout avec ses proches. Beaucoup de personnes préfèrent se taire, en espérant s’en sortir seules ou en espérant une amélioration. Mais le repli sur soi et l’isolement peuvent aggraver la situation… 

"Un pass dans l'impasse" peut t'aider de plusieurs façons :

  • des entretiens avec des professionnels qui sont là pour t'écouter en toute confidentialité et sans jugement, afin que tu puisses t'exprimer, être entendu et prendre du recul pour envisager d'autres solutions face à ton mal-être ;
  • un accompagnement et un soutien psychologique après le suicide d'une personne qui t'était chère… Cette période, pleine de souffrance et d'incompréhension, peut être difficile à traverser seul ;
  • une aide sociale et administrative pour t'accompagner dans la gestion du quotidien (courrier, factures…), assurer le relais avec les institutions sociales et administratives (telles que le CPAS…), te guider dans les démarches qui suivent un décès (assurances, funérailles, droits de succession, allocations, etc.).


Contact : Un pass dans l'impasse
20, Verte Voie  1348 Ottignies-Louvain-la-Neuve
081/777.150
info@lesuicide.be
www.lesuicide.be

Il suffit de composer un numéro de téléphone. De l’autre côté, une personne écoute ce que tu as besoin de dire, avec respect et attention. Pas besoin de donner ton nom.    L’interlocuteur peut te mettre sur la voie de solutions ou te guider vers d’autres aides, même pour les sujets les plus délicats, voire tabous, comme le suicide, le viol, la solitude, l’inceste, la maltraitance…

  • Télé Accueil : gratuit et anonyme, accessible jour et nuit, pour parler, sortir de la solitude, apaiser les tensions... être entendu. Compose le 107.
  • Centre de prévention suicide : 24h/24h au 0800/32 123
  • Écoute-Enfants : gratuit et destiné spécialement aux enfants, accessible de 10h à minuit et 7 jours sur 7. Compose le 103.
  • Infor-Drogues : une permanence téléphonique fonctionne 24h/24 au 02/227 52 52

Equipe mobile de crise

Crise aiguë d’un enfant ou d’un jeune ? L’équipe Wei-ji intervient rapidement à domicile sous certaines conditions. 

En savoir plus

L'équipe mobile de crise Wei-Ji intervient rapidement au domicile de l'enfant ou adolescent (ou chez l'un des partenaires demandeur du réseau) confronté à une situation de crise (aide urgente mais sans risque vital), c'est-à-dire :

  • lors d'un changement ingérable dans l’équilibre entre l'enfant ou le jeune et son contexte de vie et de relation ;
  • suite à des manifestations ingérables de souffrance pour l'enfant ou le jeune et/ou les personnes qui l’entourent qui évoluent rapidement et deviendront urgence vitale sans intervention rapide et intensive.

Plus d'informations ici.

Les lits de crise

Lits disponibles pour les situations de crise nécessitant une mise à distance immédiate avec le domicile/milieu de vie de l’enfant ou du jeune.

En savoir plus

Trouvez ci-dessous les lits d’accueil de courte durée en Brabant wallon, pour apaiser et trouver des solutions suite à une situation de crise complexe d'un jeune.

Les lits de crise hospitaliers :

Pour les 0-12 ans
2 lits de crise à la Clinique Saint-Pierre à Ottignies

  • 2 lits possibles en PEDIATRIE pour un enfant de 0 à 12 ans avec la possibilité d’une hospitalisation avec les parents acceptant l’hospitalisation en pédiatrie.
  • 1 lit accessible pour le réseau pour bilans médico-psycho-sociaux plus urgents
  • 1 lit de crise disponible pour le réseau

    Profil du patient :
    • Troubles du comportement
    • Idéations suicidaires / TS
    • Automutilations, mises en danger
    • Difficultés scolaires, déscolarisation
    • Conflits familiaux
    • Observation relations parents-enfant
    • Retard de développement
    • Somatisations
    • Pathologies psychiatriques (dépression, anxiété…)

    ! Pas de troubles alimentaires installés ni de toxicomanie

  • Répondre à l’urgence du réseau
  • Assurer un meilleur contenant/sécurité

  • 7 j/7
  • Pour le bilan psycho-médico-social : l’admission se fait à la demande d’un pédopsychiatre, d’un professionnel de la santé mentale ou des équipes mobiles d’archipel. RDV donné dans les 48h.
  • Pour le lit de crise : l’admission se fait à la demande d’un pédopsychiatre du réseau ou des équipes mobiles. Confirmé par un responsable des hospitalisations endéans les 24H.

  • 15 jours pour les bilans médico-psycho-sociaux plus urgents
  • 7 jours renouvelables pour le lit de crise
  •  

Pour les 7-14 ans :
4 lits de crise à La Petite Maison à Chastre

  • 4 lits de crise : 2 par tranche d’âge : enfant – adolescent
  • Inscription du/de la jeune dans les activités individuelles et collectives mises en place par l’équipe hospitalière du programme de crise (en matinée) et dans la vie collective et les activités de l’unité de soins (après-midi - soirée, nuit et week-end).
  • Observations cliniques multidisciplinaires.
  • Temps d’écoute individuels formels et/ou informels.
  • Entretiens/contacts avec la famille et/ou le lieu de vie et le réseau.

  • Permettre, via la mise à distance, un apaisement du/de la jeune et de l’ensemble des protagonistes de la situation de crise.
  • Donner du temps au réseau pour lui permettre d’élaborer et de mettre en place un travail « de fond ».
  • Permettre au/à la jeune d’élaborer et de déposer sa représentation de ce qui (a) fait crise, de ses besoins et demandes.
  • Assurer un accueil bienveillant du/de la jeune.
  • A la demande du réseau qui reste responsable du projet du jeune pendant et après l’hospitalisation et dans la mesure de nos moyens et disponibilités :
  • participation aux concertations (via entretiens, contacts) avec la famille et/ou le lieu de vie, organisées par le réseau ;
  • participation à l’élaboration de pistes de travail ;
  • rapport succinct en fin d’hospitalisation.
  •  

  • Le/la jeune doit résider dans la province du Brabant wallon.
  • Présence d’une symptomatologie psychiatrique compatible avec le cadre hospitalier des unités de soins.
  • Pas d’hospitalisation sous contrainte : adhésion minimale au projet du/de la jeune et de sa famille
  • Le réseau envoyeur doit inclure un(e) pédopsychiatre ou un(e) neuro-pédiatre qui signe le formulaire de demande d’hospitalisation.
  • Le/la jeune doit bénéficier d’une couverture mutuelle en ordre.
  • Consultation de pré-admission du lundi au vendredi (en fonction de la disponibilité des lits) : présence obligatoire du/de la jeune, de la famille et/ou du lieu de vie + représentant(s) du réseau envoyeur. Evaluation par le médecin hospitalier de l’indication d’hospitalisation.
    Un contrat d’hospitalisation signé par le/la jeune, la famille (et/ou l’institution/lieu de vie) et le réseau finalisera l’entrée : il précisera brièvement la durée, les objectifs et les modalités pratiques de l’hospitalisation ainsi que la destination et le projet en fin d’hospitalisation.
  • Admission du lundi au jeudi, entre 9h30 et 12h.
  • Responsable : M. Patrick Kaisin. 010/65 39 60 (de 10h à 15h)

  • Hospitalisation d’une semaine (7 jours : week-end inclus) renouvelable une fois (si indication confirmée par l’équipe hospitalière).
  • Maintien du/d’un lieu de vie à la sortie

Pour les 12-18 ans:
3 lits de répit au Domaine à Braine-l'Alleud

  • 3 lits réservés pour des adolescent(e)s de 13 ans à 18 ans, au sein d’une unité ouverte de 15 lits.
  • Les jeunes sont intégrés au sein de l’unité, qui fonctionne selon un modèle de « thérapie institutionnelle ».
  • A certains moments de la journée, des activités leur sont réservées, et à d’autres, ils intègrent les activités de l’unité.


  • Offrir un temps et un espace permettant au jeune et à son environnement (familial et/ou institutionnel) de prendre distance avec ce qui (a) fait crise.
  • Donner une semaine au réseau pour élaborer et mettre en place une prise en charge au long cours (le réseau reste responsable de la continuité de la prise en charge).


  • Une prise en charge à visée diagnostique.
  • Une prise en charge psychothérapeutique « de fond » (individuelle et/ou familiale).
  • Une porte d’entrée détournée vers une hospitalisation au long cours.
  • Une prise en charge à visée de réorientation.


  • Fixation de la consultation d’admission par appel sur un GSM dédié aux lits de crise : 0473/98.27.97

     Au cours de cet appel, sont vérifiés les éléments suivants :

    • le jeune réside en Brabant wallon ;
    • le jeune est en ordre de mutuelle ;
    • un pédopsychiatre a validé l’indication de l’hospitalisation en lit de crise (éventuellement un pédopsychiatre des équipes mobiles du réseau archipel).
  • Si un de ces critères n’est pas rempli, la poursuite de la procédure d’admission n’est pas possible.
  • Si les critères sont remplis, une « fiche d’admission téléphonique » est remplie en ligne avec le demandeur (éléments de base).
  • Un formulaire d’admission plus complet est ensuite envoyé par fax ou par mail au demandeur et devra être apporté complété lors de la consultation d’admission.
  • Les consultations d’admission ont lieu les lundi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h et mardi à 13h en présence du jeune, d’un représentant de l’institution qui l’héberge et/ou de la famille ainsi que du demandeur du réseau à l’initiative et/ou soutenant la demande d’hospitalisation en lit de crise (SAJ, SPJ, TJ, SSM, etc.). Ce dernier apporte le formulaire d’admission complété à cette consultation.
  • Si l’indication d’hospitalisation est confirmée : finalisation du dossier d’admission + rédaction d’un contrat d’hospitalisation (modalités et durée du séjour, partenaires, projet de sortie....) et entrée immédiate dans le service (du lundi au jeudi – pas d’admission le vendredi  ni le WE) sauf pour les consultations du vendredi où l’admission se fait le lundi.
  • Il n’y a pas de liste d’attente : si un lit est libre, une plage de consultation d’admission est bloquée suite à l’appel téléphonique le jour-même ou le lendemain matin. Si les lits sont tous occupés ou la plage de consultation d’admission suivante est déjà réservée, le GSM bascule vers un message préenregistré informant de l’impossibilité de répondre à la demande. Il n’y aura pas de possibilité de laisser un message. Dès qu’un lit se libère, le GSM redevient de nouveau accessible pour une nouvelle demande.
  • Le jeune étant hospitalisé, les documents légaux obligatoires (dossier patient, rapport au médecin traitant…) sont rédigés dans les temps identiques à ceux d’une hospitalisation classique ; il n’y aura aucun rapport ou expertise particulière ou spécifique rédigé dans le cas de l’hospitalisation de crise.


  • Une semaine maximum (7 jours).
  • Les modalités de séjour (WE – Visites – contact téléphonique) font partie du contrat d’hospitalisation rédigé à l’entrée.
  • Sur base des indications cliniques ET d’une consultation d’admission.
  • Au terme de l’hospitalisation : retour dans le lieu de vie d’origine ou réorientation mise en place et organisée par le réseau, en collaboration avec l’équipe.
  • Lits de crise au Centre d'Accueil d'Urgence l'Atalante :

    Depuis juillet 2018, le Brabant wallon possède également un Centre d’Accueil d’Urgence accueillant des jeunes en crise, presque exclusivement sur mandat.

    • Peut accueillir 7 jeunes entre 3 et 18 ans, issus de la fédération Wallonie-Bruxelles et nécessitant une prise en charge immédiate pour une durée de 20 jours (renouvelable une seule fois) sur base d’un mandat du Service d'Aide à la Jeunesse (SAJ), du Service de Protection de la Jeunesse (SPJ) ou du Tribunal de la Jeunesse (TJ).
    • + une place pour un jeune, sans mandat, sur demande motivée du Parquet, d’un CPAS, d’une AMO ou d’un SAIE, pour une durée de 24h (72h quand l’accueil débute un vendredi).
    • Structure ouverte dont le personnel est composé majoritairement d’éducateurs (7). Elle est ouverte 365j/an et 24h/24.
    • L’équipe développe des partenariats avec le réseau local (centre de guidance, médecins, infrastructures sportives et culturelles…) afin d’offrir à chaque jeune, en fonction de ses besoins, la possibilité d’une aide ponctuelle ciblée.

    Offrir un hébergement en dehors du milieu de vie pour des jeunes nécessitant une aide urgente avec des missions d’observation, d’investigation et d’aide à l’orientation, c’est-à-dire :

    • Offrir un lieu d’accueil apaisant et sécurisant en respectant les besoins individuels de chaque jeune qui est confié au service.
    • Recueillir les informations pertinentes et les mettre en lien avec les observations de l’équipe afin d’apporter un éclairage croisé sur la situation du jeune. 
    • Utiliser le « temps d’arrêt » pour mobiliser les ressources du jeune, de sa famille et de son réseau.
    • Prendre en compte la vision de chaque personne du système pertinent dans un lieu neutre afin d’offrir un regard différent et d’affiner et/ou dégager de nouvelles pistes de travail.
    • Participer à l’orientation du jeune en collaboration avec le mandant et le réseau.

    Plus d'informations

    • Jeune reçu sur base d’un mandat du SAJ, du SPJ ou du TJ OU sans mandat mais sur une demande motivée du Parquet, d’un CPAS, d’une AMO ou d’un SAIE, pour une durée de 24h (72h quand l’accueil débute un vendredi).
    • L’équipe réceptionne les demandes d’admission du mandant ou de son délégué du lundi au vendredi entre 9h et 17 h. L’intervenant qui reçoit l’appel note la demande dans un registre indiquant le mandant, l’âge de l’enfant, le jour et l’heure de la demande. La décision d’admission est immédiate sauf s’il y a une hésitation sur l’opportunité de l’admission. Dans ce cas-là, la personne qui a reçu l’appel se réserve un délai de concertation avec la coordinatrice de l’Atalante et/ou la direction pédagogique, dans l’heure. Si la réponse est favorable, un document d’entrée sera rempli, en privilégiant, autant que possible, un contact direct avec le/la déléguée en charge du dossier.
    • Ce document rassemblera les informations suivantes (annexe 1) :
      • Renseignements administratifs
      • Motif(s) de la demande dans le cadre de l’accueil d’urgence – durée de l’accueil
      • Situation familiale/personnes ressources/réseau
      • Contacts/sorties autorisés
      • Position du jeune/famille par rapport au placement
      • Autres renseignements utiles (problèmes psychiatriques, fugues, médication, addiction, parcours institutionnel…)
      • Pistes éventuelles pour la fin de la prise en charge.
    • Mandat attendu par mail/fax le jour de l’arrivée du jeune si un rendez-vous chez le mandant n’a pas pu se concrétiser le jour-même ; le cas échéant, l'Atalante veille à ce que le rendez-vous de formalisation puisse se faire dans un délai le plus rapide possible afin de préciser le contenu de notre travail. L’admission peut se faire dans l’heure qui suit la demande.
    • Dans de rares situations, le service est à même de refuser l’accueil d’un jeune pour les raisons suivantes :
      • Manque de place.
      • Jeune nécessitant une prise en charge médicale lourde ou des soins médicaux spécifiques.
      • Jeune présentant une dépendance sévère à des produits toxiques.
      • Jeune présentant des épisodes de violences physiques répétées.

    • La prise en charge se fait sur 20 jours (renouvelable 1X).
    • Une place possible pour une prise en charge d’urgence de 24h (max 72h si l’accueil se fait le vendredi) sans mandat (demande d’un CPAS, AMO, Parquet, SAIE…)
    • Un accueil dans d’autres unités de l’Amarrage en suivi est possible par la suite.

     

    Prise en charge de la crise dans le réseau d'aide existant

    Schéma de la prise en charge de la crise Schéma de la prise en charge de la crise Téléchargez notre pdf

    Il est parfois difficile de dire qu’on va mal ou de savoir vers qui se tourner. Mais sache, qu’en tant que jeune, tu peux trouver de l’aide, des conseils ou du soutien auprès :

    Les centres PMS (psycho-médico-sociaux) et les équipes PSE (promotion de la santé à l'école) peuvent te soutenir, t’offrir une aide psychologique, médicale et sociale.
    Ton médecin traitant est un professionnel proche de toi qui te connait bien et peut t’aiguiller vers l’aide dont tu as besoin.    
    L'AMO est là pour t’aider à t’épanouir dans ton milieu de vie (dans ta famille, ton quartier, à l’école…) en t’apportant une aide personnelle, en soutenant tes projets, en t’aidant à résoudre tes difficultés d’ordre familial et scolaire mais aussi administratif, juridique...
    Il existe des centres de planning familial dans la plupart des grandes villes. Ils réunissent des professionnels de la santé tels que psychologues, médecins, gynécologues…
    Chacun peut trouver un soutien, une aide quel que soit son âge, sur de nombreux sujets : la contraception, la grossesse, l’avortement, les maladies sexuellement transmissibles (IST), les difficultés conjugales, l’adolescence, les relations avec tes parents…
    Les entrevues se font en toute confidentialité
    Les services de santé mentale te permettent de rencontrer des psychologues ou des travailleurs sociaux, parfois aussi des logopèdes, médiateurs… chargés de t’écouter, de réfléchir avec toi sur tes difficultés et de chercher ensemble des solutions.
    Que tu sois confronté au suicide ou aux idées suicidaires d'un proche... Que tu y penses toi-même, de temps en temps ou de plus en plus fréquemment...  il est important de pouvoir en parler, de ne pas rester seul...
    Parler de soi, de ses difficultés, est souvent difficile, surtout avec ses proches. Beaucoup de personnes préfèrent se taire, en espérant s’en sortir seules ou en espérant une amélioration. Mais le repli sur soi et l’isolement peuvent aggraver la situation… 

    "Un pass dans l'impasse" peut t'aider de plusieurs façons :

    • des entretiens avec des professionnels qui sont là pour t'écouter en toute confidentialité et sans jugement, afin que tu puisses t'exprimer, être entendu et prendre du recul pour envisager d'autres solutions face à ton mal-être ;
    • un accompagnement et un soutien psychologique après le suicide d'une personne qui t'était chère… Cette période, pleine de souffrance et d'incompréhension, peut être difficile à traverser seul ;
    • une aide sociale et administrative pour t'accompagner dans la gestion du quotidien (courrier, factures…), assurer le relais avec les institutions sociales et administratives (telles que le CPAS…), te guider dans les démarches qui suivent un décès (assurances, funérailles, droits de succession, allocations, etc.).


    Contact : Un pass dans l'impasse
    20, Verte Voie  1348 Ottignies-Louvain-la-Neuve
    081/777.150
    info@lesuicide.be
    www.lesuicide.be

    Il suffit de composer un numéro de téléphone. De l’autre côté, une personne écoute ce que tu as besoin de dire, avec respect et attention. Pas besoin de donner ton nom.    L’interlocuteur peut te mettre sur la voie de solutions ou te guider vers d’autres aides, même pour les sujets les plus délicats, voire tabous, comme le suicide, le viol, la solitude, l’inceste, la maltraitance…

    • Télé Accueil : gratuit et anonyme, accessible jour et nuit, pour parler, sortir de la solitude, apaiser les tensions... être entendu. Compose le 107.
    • Centre de prévention suicide : 24h/24h au 0800/32 123
    • Écoute-Enfants : gratuit et destiné spécialement aux enfants, accessible de 10h à minuit et 7 jours sur 7. Compose le 103.
    • Infor-Drogues : une permanence téléphonique fonctionne 24h/24 au 02/227 52 52

    L'équipe mobile de crise Wei-Ji intervient rapidement au domicile de l'enfant ou adolescent (ou chez l'un des partenaires demandeur du réseau) confronté à une situation de crise (aide urgente mais sans risque vital), c'est-à-dire :

    • lors d'un changement ingérable dans l’équilibre entre l'enfant ou le jeune et son contexte de vie et de relation ;
    • suite à des manifestations ingérables de souffrance pour l'enfant ou le jeune et/ou les personnes qui l’entourent qui évoluent rapidement et deviendront urgence vitale sans intervention rapide et intensive.

    Plus d'informations ici.

    Trouvez ci-dessous les lits d’accueil de courte durée en Brabant wallon, pour apaiser et trouver des solutions suite à une situation de crise complexe d'un jeune.

    Les lits de crise hospitaliers :

    Pour les 0-12 ans
    2 lits de crise à la Clinique Saint-Pierre à Ottignies

    • 2 lits possibles en PEDIATRIE pour un enfant de 0 à 12 ans avec la possibilité d’une hospitalisation avec les parents acceptant l’hospitalisation en pédiatrie.
    • 1 lit accessible pour le réseau pour bilans médico-psycho-sociaux plus urgents
    • 1 lit de crise disponible pour le réseau

      Profil du patient :
      • Troubles du comportement
      • Idéations suicidaires / TS
      • Automutilations, mises en danger
      • Difficultés scolaires, déscolarisation
      • Conflits familiaux
      • Observation relations parents-enfant
      • Retard de développement
      • Somatisations
      • Pathologies psychiatriques (dépression, anxiété…)

      ! Pas de troubles alimentaires installés ni de toxicomanie

    • Répondre à l’urgence du réseau
    • Assurer un meilleur contenant/sécurité

    • 7 j/7
    • Pour le bilan psycho-médico-social : l’admission se fait à la demande d’un pédopsychiatre, d’un professionnel de la santé mentale ou des équipes mobiles d’archipel. RDV donné dans les 48h.
    • Pour le lit de crise : l’admission se fait à la demande d’un pédopsychiatre du réseau ou des équipes mobiles. Confirmé par un responsable des hospitalisations endéans les 24H.

    • 15 jours pour les bilans médico-psycho-sociaux plus urgents
    • 7 jours renouvelables pour le lit de crise
    •  

    Pour les 7-14 ans :
    4 lits de crise à La Petite Maison à Chastre

    • 4 lits de crise : 2 par tranche d’âge : enfant – adolescent
    • Inscription du/de la jeune dans les activités individuelles et collectives mises en place par l’équipe hospitalière du programme de crise (en matinée) et dans la vie collective et les activités de l’unité de soins (après-midi - soirée, nuit et week-end).
    • Observations cliniques multidisciplinaires.
    • Temps d’écoute individuels formels et/ou informels.
    • Entretiens/contacts avec la famille et/ou le lieu de vie et le réseau.

    • Permettre, via la mise à distance, un apaisement du/de la jeune et de l’ensemble des protagonistes de la situation de crise.
    • Donner du temps au réseau pour lui permettre d’élaborer et de mettre en place un travail « de fond ».
    • Permettre au/à la jeune d’élaborer et de déposer sa représentation de ce qui (a) fait crise, de ses besoins et demandes.
    • Assurer un accueil bienveillant du/de la jeune.
    • A la demande du réseau qui reste responsable du projet du jeune pendant et après l’hospitalisation et dans la mesure de nos moyens et disponibilités :
    • participation aux concertations (via entretiens, contacts) avec la famille et/ou le lieu de vie, organisées par le réseau ;
    • participation à l’élaboration de pistes de travail ;
    • rapport succinct en fin d’hospitalisation.
    •  

    • Le/la jeune doit résider dans la province du Brabant wallon.
    • Présence d’une symptomatologie psychiatrique compatible avec le cadre hospitalier des unités de soins.
    • Pas d’hospitalisation sous contrainte : adhésion minimale au projet du/de la jeune et de sa famille
    • Le réseau envoyeur doit inclure un(e) pédopsychiatre ou un(e) neuro-pédiatre qui signe le formulaire de demande d’hospitalisation.
    • Le/la jeune doit bénéficier d’une couverture mutuelle en ordre.
    • Consultation de pré-admission du lundi au vendredi (en fonction de la disponibilité des lits) : présence obligatoire du/de la jeune, de la famille et/ou du lieu de vie + représentant(s) du réseau envoyeur. Evaluation par le médecin hospitalier de l’indication d’hospitalisation.
      Un contrat d’hospitalisation signé par le/la jeune, la famille (et/ou l’institution/lieu de vie) et le réseau finalisera l’entrée : il précisera brièvement la durée, les objectifs et les modalités pratiques de l’hospitalisation ainsi que la destination et le projet en fin d’hospitalisation.
    • Admission du lundi au jeudi, entre 9h30 et 12h.
    • Responsable : M. Patrick Kaisin. 010/65 39 60 (de 10h à 15h)

    • Hospitalisation d’une semaine (7 jours : week-end inclus) renouvelable une fois (si indication confirmée par l’équipe hospitalière).
    • Maintien du/d’un lieu de vie à la sortie

    Pour les 12-18 ans:
    3 lits de répit au Domaine à Braine-l'Alleud

    • 3 lits réservés pour des adolescent(e)s de 13 ans à 18 ans, au sein d’une unité ouverte de 15 lits.
    • Les jeunes sont intégrés au sein de l’unité, qui fonctionne selon un modèle de « thérapie institutionnelle ».
    • A certains moments de la journée, des activités leur sont réservées, et à d’autres, ils intègrent les activités de l’unité.


  • Offrir un temps et un espace permettant au jeune et à son environnement (familial et/ou institutionnel) de prendre distance avec ce qui (a) fait crise.
  • Donner une semaine au réseau pour élaborer et mettre en place une prise en charge au long cours (le réseau reste responsable de la continuité de la prise en charge).


  • Une prise en charge à visée diagnostique.
  • Une prise en charge psychothérapeutique « de fond » (individuelle et/ou familiale).
  • Une porte d’entrée détournée vers une hospitalisation au long cours.
  • Une prise en charge à visée de réorientation.


  • Fixation de la consultation d’admission par appel sur un GSM dédié aux lits de crise : 0473/98.27.97

     Au cours de cet appel, sont vérifiés les éléments suivants :

    • le jeune réside en Brabant wallon ;
    • le jeune est en ordre de mutuelle ;
    • un pédopsychiatre a validé l’indication de l’hospitalisation en lit de crise (éventuellement un pédopsychiatre des équipes mobiles du réseau archipel).
  • Si un de ces critères n’est pas rempli, la poursuite de la procédure d’admission n’est pas possible.
  • Si les critères sont remplis, une « fiche d’admission téléphonique » est remplie en ligne avec le demandeur (éléments de base).
  • Un formulaire d’admission plus complet est ensuite envoyé par fax ou par mail au demandeur et devra être apporté complété lors de la consultation d’admission.
  • Les consultations d’admission ont lieu les lundi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h et mardi à 13h en présence du jeune, d’un représentant de l’institution qui l’héberge et/ou de la famille ainsi que du demandeur du réseau à l’initiative et/ou soutenant la demande d’hospitalisation en lit de crise (SAJ, SPJ, TJ, SSM, etc.). Ce dernier apporte le formulaire d’admission complété à cette consultation.
  • Si l’indication d’hospitalisation est confirmée : finalisation du dossier d’admission + rédaction d’un contrat d’hospitalisation (modalités et durée du séjour, partenaires, projet de sortie....) et entrée immédiate dans le service (du lundi au jeudi – pas d’admission le vendredi  ni le WE) sauf pour les consultations du vendredi où l’admission se fait le lundi.
  • Il n’y a pas de liste d’attente : si un lit est libre, une plage de consultation d’admission est bloquée suite à l’appel téléphonique le jour-même ou le lendemain matin. Si les lits sont tous occupés ou la plage de consultation d’admission suivante est déjà réservée, le GSM bascule vers un message préenregistré informant de l’impossibilité de répondre à la demande. Il n’y aura pas de possibilité de laisser un message. Dès qu’un lit se libère, le GSM redevient de nouveau accessible pour une nouvelle demande.
  • Le jeune étant hospitalisé, les documents légaux obligatoires (dossier patient, rapport au médecin traitant…) sont rédigés dans les temps identiques à ceux d’une hospitalisation classique ; il n’y aura aucun rapport ou expertise particulière ou spécifique rédigé dans le cas de l’hospitalisation de crise.


  • Une semaine maximum (7 jours).
  • Les modalités de séjour (WE – Visites – contact téléphonique) font partie du contrat d’hospitalisation rédigé à l’entrée.
  • Sur base des indications cliniques ET d’une consultation d’admission.
  • Au terme de l’hospitalisation : retour dans le lieu de vie d’origine ou réorientation mise en place et organisée par le réseau, en collaboration avec l’équipe.
  • Lits de crise au Centre d'Accueil d'Urgence l'Atalante :

    Depuis juillet 2018, le Brabant wallon possède également un Centre d’Accueil d’Urgence accueillant des jeunes en crise, presque exclusivement sur mandat.

    • Peut accueillir 7 jeunes entre 3 et 18 ans, issus de la fédération Wallonie-Bruxelles et nécessitant une prise en charge immédiate pour une durée de 20 jours (renouvelable une seule fois) sur base d’un mandat du Service d'Aide à la Jeunesse (SAJ), du Service de Protection de la Jeunesse (SPJ) ou du Tribunal de la Jeunesse (TJ).
    • + une place pour un jeune, sans mandat, sur demande motivée du Parquet, d’un CPAS, d’une AMO ou d’un SAIE, pour une durée de 24h (72h quand l’accueil débute un vendredi).
    • Structure ouverte dont le personnel est composé majoritairement d’éducateurs (7). Elle est ouverte 365j/an et 24h/24.
    • L’équipe développe des partenariats avec le réseau local (centre de guidance, médecins, infrastructures sportives et culturelles…) afin d’offrir à chaque jeune, en fonction de ses besoins, la possibilité d’une aide ponctuelle ciblée.

    Offrir un hébergement en dehors du milieu de vie pour des jeunes nécessitant une aide urgente avec des missions d’observation, d’investigation et d’aide à l’orientation, c’est-à-dire :

    • Offrir un lieu d’accueil apaisant et sécurisant en respectant les besoins individuels de chaque jeune qui est confié au service.
    • Recueillir les informations pertinentes et les mettre en lien avec les observations de l’équipe afin d’apporter un éclairage croisé sur la situation du jeune. 
    • Utiliser le « temps d’arrêt » pour mobiliser les ressources du jeune, de sa famille et de son réseau.
    • Prendre en compte la vision de chaque personne du système pertinent dans un lieu neutre afin d’offrir un regard différent et d’affiner et/ou dégager de nouvelles pistes de travail.
    • Participer à l’orientation du jeune en collaboration avec le mandant et le réseau.

    Plus d'informations

    • Jeune reçu sur base d’un mandat du SAJ, du SPJ ou du TJ OU sans mandat mais sur une demande motivée du Parquet, d’un CPAS, d’une AMO ou d’un SAIE, pour une durée de 24h (72h quand l’accueil débute un vendredi).
    • L’équipe réceptionne les demandes d’admission du mandant ou de son délégué du lundi au vendredi entre 9h et 17 h. L’intervenant qui reçoit l’appel note la demande dans un registre indiquant le mandant, l’âge de l’enfant, le jour et l’heure de la demande. La décision d’admission est immédiate sauf s’il y a une hésitation sur l’opportunité de l’admission. Dans ce cas-là, la personne qui a reçu l’appel se réserve un délai de concertation avec la coordinatrice de l’Atalante et/ou la direction pédagogique, dans l’heure. Si la réponse est favorable, un document d’entrée sera rempli, en privilégiant, autant que possible, un contact direct avec le/la déléguée en charge du dossier.
    • Ce document rassemblera les informations suivantes (annexe 1) :
      • Renseignements administratifs
      • Motif(s) de la demande dans le cadre de l’accueil d’urgence – durée de l’accueil
      • Situation familiale/personnes ressources/réseau
      • Contacts/sorties autorisés
      • Position du jeune/famille par rapport au placement
      • Autres renseignements utiles (problèmes psychiatriques, fugues, médication, addiction, parcours institutionnel…)
      • Pistes éventuelles pour la fin de la prise en charge.
    • Mandat attendu par mail/fax le jour de l’arrivée du jeune si un rendez-vous chez le mandant n’a pas pu se concrétiser le jour-même ; le cas échéant, l'Atalante veille à ce que le rendez-vous de formalisation puisse se faire dans un délai le plus rapide possible afin de préciser le contenu de notre travail. L’admission peut se faire dans l’heure qui suit la demande.
    • Dans de rares situations, le service est à même de refuser l’accueil d’un jeune pour les raisons suivantes :
      • Manque de place.
      • Jeune nécessitant une prise en charge médicale lourde ou des soins médicaux spécifiques.
      • Jeune présentant une dépendance sévère à des produits toxiques.
      • Jeune présentant des épisodes de violences physiques répétées.

    • La prise en charge se fait sur 20 jours (renouvelable 1X).
    • Une place possible pour une prise en charge d’urgence de 24h (max 72h si l’accueil se fait le vendredi) sans mandat (demande d’un CPAS, AMO, Parquet, SAIE…)
    • Un accueil dans d’autres unités de l’Amarrage en suivi est possible par la suite.

     

    Brochures, informations, vidéos...

    Vidéos / Podcasts « Parlons Jeunes » : les jeunes s’expriment sur la santé mentale

    Brochure parents : votre ado est en crise ou en détresse ?

    Brochure jeune : l’adolescence

    Etre parent, c’est… – Yapaka